Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/05/2010

Atelier d'écriture

Du côté de l'Atelier d'écriture  "les oiseaux"

 

Consigne:

 

 

 

écrivez une lettre à quelqu'un (personne, animal, objet etc..) envers qui vous avez éprouvé un profond ressentiment. Vous avez enfin l'occasion de le lui dire.

 

 

 

 

LETTRE D’UNE ANCIENNE ELEVE A SON PROF DE MUSIQUE

 

Prof de Musique !

Etait-ce toi que je détestais à ce point ou bien ta façon désuète d’enseigner pour faire rentrer coûte que coûte le solfège dans des caboches hermétiques ? Je revois encore ta longue silhouette raide à la démarche mécanique, à l’image de ton métronome. Je revois ta chevelure de couleur paillasse, raie au milieu, macarons tressés plaqués sur les oreilles. Pas un air avenant de prime abord. Ta voix aigrelette tintait désagréablement. Ta seule approche me donnait la chair de poule. Quand nous entrions en classe en rangs serrés, deux par deux, nous avions intérêt à nous installer vite fait, et en silence, sans quoi la longue baguette qui te servait à pointer les notes sur le tableau venait prestement fouetter nos doigts ou nos têtes. Te souviens-tu du jour où la moitié de ton bâton a voltigé à l’autre bout de la classe ? Sache que je n’étais pas seule dans le coup et que sous nos airs effarés un rire général vite réprimé par ton manque d’humour avait déridé nos intérieurs.

Mais, au fait, je te tutoie ! Quelle liberté suis-je en train de prendre ! Avec l’éloignement dans le temps je revis sans doute ces cours avec la mansuétude que tu avais peut-être bien cachée à l’égard de tes élèves. A l’époque on ne montrait pas ses sentiments, il fallait garder ses distances sans afficher la moindre faille.

Je voulais te le dire : les cours de musique furent pour moi la galère. Cependant, mon ressentiment s’est érodé après toutes ces années, et j’aurais plaisir, me semble-t-il, à te revoir dans un autre monde. Apaisée et sans rancune. Car tu fais partie intégrante des souvenirs de mon vieux collège où j’avais tant de camarades. Et aussi quelques professeurs que j’adorais. Mais je ne t’embrasse pas : ce serait trop.

 

                                                          Monique                                             

 

Consigne:

 

vous répondez à l'auteur de la lettre à la place du destinataire

 

Ma chère Monique,

Je te reconnais bien là. Tu fus mon élève pendant quatre ans, de la sixième à la troisième. Je me souviens très bien de toi et je te remercie pour ta sincère lettre et tout simplement pour le fait que tu daignes encore te souvenir de moi, malgré le mauvais souvenir que je t'ai laissé!

Tout d'abord, je regrette - mais à cela je n'y pouvais pas grand-chose! - que mon aspect physique t'ait si fortement déplu. Certes, ma coiffure et mon vêtement, genre uniforme, n’étaient pas des plus attrayants ! Les habitudes vestimentaires ont bien changé! Vous aussi n'étiez pas des plus élégantes, avec vos blouses bleues à petits carreaux.

La discipline aussi, en ce temps-là, était de rigueur! Cela allait de soi. Vous deviez vous ranger deux par deux, faire silence dans les rangs et aucune plaisanterie n'était permise!

Quant à ma voix « aigrelette » qui sifflait dans tes oreilles délicates, je n'y pouvais rien non plus!....Vous étiez quarante et seules quelques élèves-dont tu ne faisais pas partie-se montraient attentives et intéressées. Il est vrai que ces « intéressées » pratiquaient un instrument.

Pour tout dire, je reconnais - et je le reconnaissais déjà à l'époque! - l'enseignement du solfège et de la musique en collège constitue un temps précieux ...totalement perdu!....les élèves motivés ayant tout intérêt à s'inscrire à un cours privé ou dans un conservatoire.

Ma petite Monique, je suis l'un de tes mauvais souvenirs, mais je te remercie tout de même d'être l' »un » de tes souvenirs!

Je t'embrasse de l'autre Monde où je suis déjà, où tout ce qui fut terrestre est filtré, apaisé, pardonné, mais non oublié!

Carpe diem et que Dieu te garde!

Jenny, ton ancien « prof »

 

 

 

 

Et maintenant jouons au mot-valise

 

Stationnemental : (stationnement + mental) Stationnement du mental sur les parkings autorisés

Distractionistes : (distraction + sionistes) Animateurs juifs du Club Med.

Annégative : (année + négative) Année ôtée du siècle pour raison d’absentéisme général.

Collègelés : (collèges + gelés) Etablissements scolaires fermés par temps de gel.

Disséquémander : (disséquer + quémander) Mendier en menaçant les passants de les disséquer.

Passangria : (passant + sangria) Boisson d’origine espagnole pour fêter le passage d’une année sur l’autre.

Saizonage : (saison + zonage) Fêter les premiers jours des quatre saisons dans les zones urbaines.

Textenons : (textes + tenons) Textes fixés aux tables par des tenons.

Placereine : (place + sereine) Petite place tranquille et ombragée.

Pastisserand : (pastis + tisserand) Boisson destinée aux tisseurs sur métiers de haute lice dans le Bas Languedoc.

 

                                                                         A plus tard...............

 

atelier d'ecriture.jpg

Les commentaires sont fermés.